5 novembre 2015

Inspiration :: Véronique Duquette

Inspiration :: Véronique Duquette

Cette chronique est dédiée à une femme d’exception qui a survécu à une dure épreuve en 2015 et qui a choisi la voie de la course à pied pour apprivoiser sa peine et la transformer en action concrète.

inspiration

Déjà maman d’une petite fille en santé, Véronique vivait pleinement une deuxième grossesse avec beaucoup de fébrilité et d’enthousiasme. Bien sûr, elle savait déjà que cette deuxième grossesse serait différente parce que cette fois-ci, un petit garçon était en route. On entend souvent l’adage… Aucune grossesse ne ressemble à la précédente, surtout quand les bébés sont de sexe différent. Véronique avait une certaine conception de la « différence » qui prit une toute autre tournure à mesure que les semaines passèrent.

À sa vingtième semaine, des petits doutes interpellent son médecin. Ce dernier, par mesure de prévention, l’envoie chez un médecin spécialiste. Mieux vaut ne pas prendre de chance. Après l’avoir auscultée, ce dernier se prononce sur la possibilité que son bébé soit sujet à des anomalies de croissance. Mieux vaut creuser un peu. Une batterie de tests s’enchainera pendant plusieurs semaines. Les inquiétudes de la petite famille sont bien présentes et s’installeront dans leur vie, graduellement. Aucune certitude n’est pour l’instant établie, mais l’anxiété grandit au fil des semaines.

Le ti-homme, comme Véronique le prénomme si bien, est déjà beaucoup plus gros que la norme. On soupçonne également le développement d’un cancer du foie, trop imposant au regard des stades normaux de développement. Mais encore là, rien ne peut être avancé avec certitude. La langue s’enfouit derrière les suppositions et les imprécisions.

Le stress et les craintes d’un petit bébé au taux de survie peu élevé s’emparent des parents. Cela semble abstrait. D’autant plus quand l’enfant concerné est dans le ventre de sa maman, bien au chaud. Il est difficile de concevoir qu’une si petite chose soit déjà soumise aux aléas et aux injustices de ce monde.

Sans même voir le bout de son petit nez, Félix-Adrien est reparti d’où il venait en laissant un vide immense dans le cœur et l’esprit de ses parents. Chagrin. Pleurs. Douleurs. Incompréhension. Tous les sentiments y passent.

La petite famille s’est d’abord laissé du temps et Véronique s’est rapidement demandé ce qu’elle devait comprendre de tout cela. Déterminée à ne pas laisser la peine la dévaster, elle décida de prendre du temps pour elle.

Se mettre à la course plus sérieusement était pour Véronique une façon de transférer sa tristesse. Sans toutefois la nier, cette tristesse était bien présente, mais elle choisit de l’utiliser pour aiguiser une force intérieure. Cette tristesse s’est rapidement transformée en courage, puis en motivation.

Elle se mit à l’entraînement régulièrement et s’inscrit au Défi Je Bouge à Saint-Jean-sur-Richelieu pour le 10 km. Elle enchaina par la suite cette expérience sur un demi-marathon (21.1 km) – qu’elle finira, soit dit en passant, sous les 2h! Juste wow !

inspiration

Véronique décide de remettre cela un mois après, en complétant celui de Longueuil. Elle l’admet, le 2e fut plus difficile que le 1er. Elle demeure fragilisée par les évènements des derniers mois. C’est une douleur que l’on apprend à apprivoiser et qui habite le quotidien.

Tout au long de ses courses, elle avait son fils en pensées, affrontant kilomètre par kilomètre, chassant la douleur pour lui. Ses sorties de course sont devenues des moments avec son ti-homme en pensées. Un moment privilégié, avec lui et pour lui.

Elle devait apprendre à lâcher prise. À prendre du temps pour elle. Le sport est une très belle façon d’avoir un instant spécial avec soi. Il nous offre l’opportunité de nous ouvrir à nous-même.

La course à pied, de même que le sport en général, nous amène à nous dépasser constamment et souvent… à nous surprendre et à nous faire confiance.

Merci Véronique pour ces confidences. Bien hâte de te croiser à nouveau sur la bande du canal.

On court tous avec un quelque chose en tête. Certains coordonnent leur agenda de boulot, d’autres tentent de faire le vide….pendant que certains dédient leur foulée aux ti-hommes de ce monde…

inspiration

FacebooktwitterpinterestFacebooktwitterpinterestby feather

23 commentaires

  • Wow !!! Je suis boulversé et fière de ton courage, ta tenacité et ta manière d’être
    Merci de partager ton histoire et je te fait un énorme câlin Véro
    💋💐

  • Je ne peux qu’admirer ta résilliance et quelle idée géniale que la course, une façcon en même temps d’équilibrer tes dépenses d’énergie. L’énergie des émotions qui ronge et immobilise et l’énergie physique que tu dépensais en courant Quel bel exemple sans l’avoir réaliser Sans doute ce qui a contribuer à un peu améliorer ton désaroi, ta souffrance. Le chagrin restera mais ira en s’atténuant, mais tu apprendras èa vivre avec et peut-être qu’un jour un autre rayon de soleil arrivera dans ton ciel. Bonne chance.

  • Je suis très fière de toi ma belle grande fille
    J’admire ton courage et ta ténacité ,
    Le partage de ton expérience, est une grande source d’inspiration
    et d’espoir
    Je t’aime Maman

  • Véronique, tu es une personne très courageuse, une très belle façon de te surpassée. Je t’encourage à continuer ce geste très important . Je sais très bien que tu es une maman formidable avec ta petite famille et j’en sais qu’elle chose. Le petit Félix Adrien te portera chance j’en suis certaine et veillera sur ta petite famille.

  • Bravo Veronique !
    Difficile de trouver les mots réconfortants , pour une peine aussi injuste et immense . Tu peux être fière de toi car tu aurais pu choisir la route de droite et te rouler en boule .
    Par ta détermination tu peux être une source inspiration qui fait du bien.
    Bonne continuité !

  • Que dire…Tout simplement à une petite cousine, que tu transpire une sagesse qui borde ta peine et la feras fondre au fils du temps et chaque pas en avant devient une marche rapide celle-ci une foulée et qui t’amène à un marathon, le marathon de la vie…les petits-hommes de ce monde emprunterons le sentier de la vie et non de l’oublie. Bon parcours xxx

  • Tu est tellement inspirante , la vie nous apportent tous des épreuves , et il est dit que ce sont ceux que nous pouvons traverser ….. Mais une épreuve comme celle la est très difficile pour vous deux . Ce qui est magnifique c’est le chemin que tu as prise pour l’adoucir et ca c’est tellement digne d’une personne , qui avance et qui crois encore à la beauté de la vie . Bravo Véronique garde ton très beau sourire et salutation a ton chum qui est aussi extraordinaire .

    Josée G. XX

  • Bon matin, ma belle Vero, tu es une femme très forte, courageuse et inspirante, je crois que grand-maman Lucie t a aidé à passé à travers ton épreuve comme elle a eu à traverser en 1946. Elle était une femme et mère forte et fragile en même temps.
    Continue sur le bon chemin, et tu es toujours dans mes pensées, de tous les jours. Garde ton sourire , la vie continue, je t aime Vero.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Visit Us On TwitterVisit Us On Facebook